Europe,  France,  Mes voyages

Week-end raquettes dans les Pyrénées-Orientales

Dès que nous pouvons, nous partons avec le chéri à la découverte de nos régions. Pour la Saint Valentin, nous avons choisi de partir dans les Pyrénées à côté de Mont-Louis dans les Pyrénées-Orientales pour un week-end raquettes.

Week-end raquettes en amoureux

Samedi

Nous sommes partis de Toulouse dans l’après-midi en direction d’Ayguatébia, petit hameau ariégeois. Notre programme fut de passer une nuit dans un écogîte, puis de partir pour une ascension du col de Creu à l’aide des raquettes.

A notre arrivée, nous avons été reçus par nos hôtes Jean-Marc et Edwige, un couple très chaleureux. C’était comme être reçus par de vieux amis.

Ensuite, nous nous sommes tranquillement installés dans notre chambre avant de descendre pour le dîner. Le repas fut excellent et préparer avec des produits frais du jardin, comme quoi les choses simple sont parfois les meilleurs.

Durant toute la soirée, nous avons pu échanger avec nos hôtes et un autre voyageur (peintre) sur leur écogîte, sur l’art, la nature, la technologie… Tout cela dans une atmosphère légère et conviviale.

La soirée

Après le dîner, je me suis éclipsée dehors afin de photographier les étoiles. Le ciel étant hyper dégagé, sans nuages, ni solution lumineuse, je ne voulais pas rater cela.

Pour clôturer cette première journée, j’ai continué ma lecture du moment « Le Monde en stop » de Ludovic Hubler. Si vous souhaitez en savoir plus sur son « après voyage », c’est par ici. 

Le résumé :

Le 1 er janvier 2003, à l’âge de 25 ans, son diplôme en poche, Ludovic Hubler se lance dans un  » tour des hommes « . Il veut découvrir le monde avant de s’engager dans la vie professionnelle. Son aventure va durer cinq ans.
170 000 kilomètres parcourus, 59 pays traversés et plus de 1 300 conducteurs pour réaliser un périple à la seule force de son pouce. Du  » voilier-stop  » pour traverser les océans, du  » brise-glace-stop  » pour se rendre en Antarctique, du  » dromadaire-stop  » en plein cœur du Sahara. Des rencontres aussi nombreuses que variées, notamment celle avec le Dalaï-Lama, mais aussi celles de milliers d’étudiants lors des nombreuses conférences données en cours de route.
Un voyage d’une richesse incroyable, une aventure humaine extraordinaire sur laquelle souffle un vent de liberté qui fait rêver.

Dimanche

Pour commencer la journée, nous avons dégusté un petit déjeuner assez copieux orné de pains aux céréales, de pains d’épices maison, de kiwi et de fruit de pomme frais.

Ecogîte le Mas de Trape

Ecogîte du Mas de Trape est un ancien moulin situé dans la vallée sauvage des Garrotxes, à 14 km de la station de ski de fond de la Llose. Ce lieu est un havre de paix et de sérénité. Ete comme hiver, ils reçoivent des voyageurs et proposent des activités sportifs. 

Leur but étant de réduire leur impact sur la planète, par une réduction de leur consommation électrique, eau ou autres énergie… Par exemple, pour se chauffer ils utilisent une cheminée. Cependant, si les températures descendent beaucoup trop, ils utilisent des chauffages montant à 19°C maximum. Rendez-vous sur leur site pour en savoir plus.

L’ascension du Col de Creu

Ensuite, direction le Col de Creu pour chausser nos raquettes. Nous avons commencé notre montée à 1708 m, pour une arrivée au Pic des Agrellons à 1936 m. Durant notre ascension, nous avons pu admirer la vallée de Capcir, allant de Les Angles à Puyvalador.

Ensuite, nous sommes redescendus par le flan sud à travers la forêt, à la recherche d’animaux. Malheureusement, nous avons simplement pu voir des traces de pas dans la neige. L’exploit fut de déterminer la provenance de ces pas. Deviser si cela provenait d’un cerf, d’un renard ou d’un chien.

Après 2h30 de randonnée, nous sommes retournés à la voiture. Ce fut un vrai plaisir de partager ce moment avec nos hôtes, et surtout d’en apprendre plus sur la nature.

Matemale

Ensuite, direction Matemale pour déjeuner au Bistro d’Acquis, situé sur la place centrale. J’ai dégusté une tartiflette maison, tandis que le chéri a opté pour un steak tartare, accompagné de frites maison. Le plus fut de déjeuner en terrasse afin de profiter du beau temps.

Déjà la fin de ce week-end, retour à la voiture pour rentrer sur Toulouse,  et oui 3h30 de voiture nous attendait.

En quelques mots, ce week-end raquettes fut très reposant et vivifiant. Pour finir, si vous souhaitez découvrir d’autres aventures sur le territoire français, cliquez ici

Laisser un petit mot

%d blogueurs aiment cette page :