Un français à Limerick en Irlande de Florian Duclos

C’est reparti pour un voyage en Europe; plus particulièrement en Irlande, avec mon frère. L’année dernière, il a effectué un voyage de quatre mois à Bristol en Angleterre. Puis, cette année, un séjour de cinq mois à Limerick, avant de partir pour six mois à Montréal au Canada. J’ai voulu faire cet interview afin qu’il partage avec vous son retour d’expérience de vivre dans un pays anglophone, durant son escale de trois semaines en France.

Un français étudiant à Limerick

La parole à Florian DUCLOS

_Pourquoi as-tu souhaité partir à l’étranger?

Première raison de mon départ, je souhaitais améliorer mon anglais, ensuite j’ai voulu et j’ai utilisé ce séjour à l’étranger pour avoir des opportunités à l’international pour mes études et mon projet professionnel. 
De plus, je voulais découvrir une autre culture, de nouveaux paysages et quitter le côté préjugé et individualiste français. 

_Pourquoi Limerick, en Irlande ?

L’Icam proposait de réaliser son mémoire scientifique de fin d’étude à l’étranger en tant que Stage Erasmus. Les thèmes proposés pour ce mémoire m’ont orienté sur Limerick en Irlande (premier choix) et sur Montréal au Canada (second choix). Il y a aussi un autre point qui a dirigé ma décision, c’est le rugby. Je voulais découvrir le monde du rugby en Irlande. 

_As-tu eu peur de partir seul ?

Non, parce que j’avais déjà effectué un séjour seul à l’étranger lors de mon expériment de 3ème année et que je ne suis plus apeuré par la langue.

_Journée type

Tout d’abord, je me réveillais à 9h30 pour commencer le travail vers 10h30, avec une pause café. Ensuite, je partais déjeuner de 13h à 14h; soit avec ma gamelle, soit dans l’un des restaurants du campus, et toujours suivi de la fameuse pause café avant de repartir travailler. Puis, je terminais le travail vers 18h30/19h.
Cependant, ma journée n’était pas finit, tous les soirs je partais soit à mon entrainement de rugby, soit à la salle de sport de l’université « URL Sport Arena » (très bien équipée d’ailleurs). Puis,  je rentrais aux alentours de 20h. Au repas, j’essayais de varier entre pâtes, raviolis, riz et légumes.
Puis, pour la soirée, en fonction de ma fatigue. Soit je passais du temps avec mes colocataires dans l’appartement. Soit on allait prendre une bière au bar du campus STABLES. Soit c’était parti pour une « Bonne nuit! ».

_As-tu pu visiter l’Irlande?

« Yes, I did! »

– Les célèbres falaises irlandaises « Cliffs of moher »

– La côté du Sud

– Le Connemara

– Belfast et la côte du Nord avec Bushmills Distillery, Rope Brigde et Giant’s Cause way

– Dublin et « Le Parc National Wicklow Mountains »

_Quelques anecdotes ?

Se faire draguer par la réceptionniste (environ 28 ans) de la salle de sport.

Le sandwich a disparu

Se faire voler un sandwich, lors de mon voyage à Dublin : lorsque j’ai aidé des touristes à s’orienter. J’avais placé mon sandwich entre mes jambes dans un sac en plastique. Après la discussion, j’ai voulu le reprendre et Mer…* il était plus là. Comme par hasard, quand je monte dans le tramway 1 minute après, je vois deux « junkies » avec le même sac plastique et mon sandwich… J’ai voulu le récupérer mais ils n’étaient pas du même avis, ils étaient 4 finalement.

Deux choix s’offrent à moi : être plus agressif avec eux pour récupérer l’argent de mon sandwich, risquer une bagarre et d’être arrêter par la « garda » dans un pays qui n’est pas le mien ; ou prendre sur soi, rester, calme, « keep cool » après tout c’est 4 euros, cela vaut pas le coup pour un séjour de trois jours à Dublin. J’ai pris la deuxième option et en redescendant du tramway un Irlandais est venu vers moi pour s’escuser de ce qui s’est passé, en disant – they aren’t irish for me, they give shame to Ireland, I am feeling bad for you, be careful of them they are « junckies ».

Les bus « lunatiques »

Une fois j’ai pris un bus pour rentrer chez moi, et durant le trajet le bus a changé de destination mais je ne l’avais pas remarqué de suite… Oui c’est assez fréquent qu’un bus change de destination en cours de route. Du coup, je suis parti dans la mauvaise direction. J’ai prévenu le chauffeur et dès qu’il a vu le « vrai » bus que je devais prendre à un arrêt, il s’est arrêté. Même s’il y avait des clients dans son bus juste pour me laisser descendre et prendre l’autre. J’ai été très surpris de voir ça.

Les points positifs

– j’ai redécouvert l’envie de jouer au rugby.

– relativiser et ouverture d’esprit sur les comportements entre individu et société (pas de jugement ou peu, ils sont cool malgré la pluie…).

– mon anglais courant ++, après 1 an passé en pays anglophone entre mon expériment et mon séjour à Limerick.

– le futur master de Limerick.

– « Keep cool » en Irlande, ils travaillent bien mais ils ne se mettent pas trop de pression au travail (constatation après mon expérience en laboratoire).

– une irlandaise très prometteuse.

– confirmation de mon avis sur les français en comparant avec ce que j’ai vu en Irlande, en Angleterre et en Espagne, ils sont très sur le jugement, les groupes par intérêt (qui faut-il connaitre…).

– quand il fait beau, le paysage est magnifique – you have to get the right place at the right moment.

interview-florian-irlande-4-limerick

interview-florian-irlande-3-limerick

Les Points négatifs

– la pluie, car il pleut très souvent mais on s’y fait

– la viande, la charcuterie… il y en a que dans des boutiques spécialisées et souvent très chères

– le vin est cher

– le retard dans les transports

Comment trouves-tu les irlandais?

Tout d’abord, ils sont gentils, ils ne jugent pas sur le physique mais il faut leur prouver que tu es bon personnellement, professionnellement mais surtout sportivement pour obtenir (ou conserver) leur respect et qu’ils te montrent de l’intérêt. 

De plus, ils font très peu attention à l’aspect sanitaire de leur domicile surtout entre « lads » et n’ont pas trop d’intérêt pour la bonne nourriture.

Ton bilan

J’ai réussi à obtenir un anglais très courant pour le langage quotidien, et améliorer mon langage professionnel et technique durant mon projet à l’université. De plus, je souhaite en apprendre plus sur moi tant au niveau personnel que professionnel. 

« Quand tu veux, tu peux »

« Quand tu crois en quelque chose, vas-y fonce »

« Pour apprendre une langue, la marche est longue »

« Relativiser sur tout »

Pour finir, je remercie Florian pour sa collaboration de Florian, en lui souhaitant bonne chance pour son aventure canadienne. Si cet article vous a plu n’hésitez pas à mettre un commentaire ou à lire mes autres articles sur mes aventures dans le monde.

interview-florian-irlande-2-limerick

1 comment

  • Adrien

    Très sympa cet article!
    Je te souhaite plein de réussite dans ton séjour transatlantique au pays des caribous !
    Et je reviendrais juste sur le point positif « une Irlandaise très prometteuse » certainement la raison pour laquelle tu retourneras en Irlande
    Comme on dit les voyages forment la jeunesses !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :